Nous sommes le 19 Sep 2018 19:35

MELIVELO

Le vélo sous toutes ses formes

Gravel Tro Breizh

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:02

Née de l’imagination de Frédéric Bernard, désireux de nous faire découvrir sa région adorée, cette première édition de la Gravel Tro Breizh marque l’entrée en matière de la saison d’ultra.
Mes pérégrinations au long cours s’étant jusqu’à présent cantonnées à du bitume, cette épreuve sera donc l’occasion de poser mes crampons en terre bretonne.
Le parcours est purement gravel, c’est à dire un subtil mélange de sentiers VTT, de route et de pistes, le tout savamment dosé.
Bon, c’est sans compter sur les caprice de la météo bretonne qui a forcé l’organisateur à modifier le tracé initial. En effet, l’hiver pluvieux a endommagé pas mal de chemins , les laissant pour certains impraticables..
C’est donc avec beaucoup d’appréhension que je m’inscris , les images des bourbiers et des chemins transformés en rivières n’étant pas très vendeuses !
Contre toute attente, et à quelques jours du départ, la météo s’annonce clémente et c’est un beau soleil qui devrait nous accompagner tout au long de l’épreuve.
Le rendez vous est donné la veille à l’atelier de Menhir Cycles à Rennes pour le retrait du packaging : la traditionnelle casquette, deux bidons et le tracker qui permettra de nous suivre en temps réel.
C’est avec plaisir que je revois quelques connaissances et admire les créations de l’atelier avant d’aller me poser un peu à l’hôtel en attendant le briefing et le repas pris en commun avec les autres participants. Nous serons environ 70 pour cette première édition.
Le briefing est dehors et j’ai l’impression d’être le seul à être une nouvelle fois frigorifié ! Fred nous informe de deux trois subtilités sur le parcours, puis nous invite à rentrer pour prendre le repas, sous forme de buffet, à l’intérieur (dehors pour les plus téméraires). Je ne m’attarde pas trop car j’aimerai profiter d’une dernière vrai nuit de sommeil avant d’affronter les quelques dizaines d’heures de vélo qui m’attendent.

Image

Direction donc le départ le lendemain matin, sous une température déjà clémente et un ciel qui annonce une belle journée.
Habituellement, les départs des ultras que j’ai pu faire sont donnés en fin de journée voire début de nuit, occasionnant d’entrée de jeu un déficit de sommeil. Cette formule avec un départ à 08h00 sera donc une première.
Au camping, lieu du départ, tout le monde s’active déjà et j’en profite pour regonfler mon pneu avant qui a du mal tenir la pression plus de quelques heures.

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:06

08h00, le départ est donné et je me retrouve devant avec deux locaux dont c’est une première sur une épreuve de longue distance.
Ça n’a pas duré car deux trois erreurs de parcours plus tard et me voilà tout seul !
La piste laisse assez rapidement la place à un chemin de halage le long d’un canal, chemin qui va durer environ 120 kilomètres tout de même ! Je double deux trois concurrents mais roule encore tout seul.
C’est joli mais long, très long et quand même bien monotone… pour ne pas dire chiant !! Bon, quelques écluses égayent quand même un peu cette portion.

Image

Image

Image

Le CP1 se situe chez Laurent, un copain de longue date maintenant, rencontré lors des rassemblement singlespeedesques.
Trois quatre concurrents repartent lorsque j’arrive, me chambrent au passage en me disant qu’à ce rythme je ne serai jamais arrivé le mercredi soir (mon objectif puisque j’ai un train le jeudi matin).
Oui, il faut savoir que Fred m’a légèrement mis la pression lors du briefing en annonçant que je serai à Rennes mercredi.
La suite est plus ludique et c’est un chouette sentier qui nous emmène vers la côte avant de se transformer en longue portion de route assez agréable.

Image

Un traditionnel arrêt boulangerie me permet de retrouver Thierry, membre du Team Cyclosportissimo et un autre concurrent. Je double également un peu plus loin Christophe qui s’attable sur une aire de picnic. Je préfère limiter mes arrêts dans la journée et les reporter à la nuit.

Arrive enfin le fameux kilomètre 140, début d’un passage en forêt que Fred nous a conseillé de contourner pour cause de chemin rendu impraticable par les pluies. Effectivement, après quelques centaines de mètres, cette large piste devient un enfer. Les parties sèches sont défoncées par les sabots des chevaux et les parties humides sont des bourbiers ! Je m’échappe de ce piège en profitant d’une large piste, roulante cette fois, qui va me mener vers une route, théâtre d’une course cycliste.

Image

Autant dire qu’à cet instant je dénote un peu avec mon vélo tout crotté et mon chargement. Cela ne durera que quelques centaines de mètres puisque je m’enfonce à nouveau dans les bois.
Je rattrape deux concurrents et les passe à la faveur d’un passage un peu pourri. Heureusement d’ailleurs que les portions impraticables ont été évitées parce là, déjà , c’est très humide. Très humide en langage breton, c’est alerte inondations chez nous!.
L’après midi passe assez rapidement avec cette alternance agréable de petites routes, pistes et sentiers.
Je m’arrête aux alentours de Paimpol afin de voir si je rentre en ville pour manger ou si je prends le risque de continuer sans savoir si je pourrais trouver quelque chose plus loin. c’est là que je vois arriver Fred qui me confirme qu’effectivement plus loin ce sera dur de trouver de quoi se restaurer.
Du coup direction Paimpol pour un arrêt restaurant sur le port avec Fred. Un classique duo pizza-bière plus tard et me voilà reparti vers ma première nuit sur le vélo. Je laisse donc Fred et continue ma route vers Morlaix, CP2.
La côte est vraiment magnifique, je me régale vraiment sur cette partie, et le soleil couchant laisse entrevoir une palette de couleurs qui sublime le paysage.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:09

Image

Image

Image

Pour couronner le tout le sentier passe vraiment à quelques mètres de l’océan et si ce n‘était sa température, je me serai bien laissé tenter par un petit bain !
La nuit s’installe maintenant et j’arrive à Morlaix non sans avoir galéré à trouver mon chemin. En voulant suivre la trace au plus près je m’engage dans une traversée de bras de mer à marée basse avec une vase collante abominable ! Je suis littéralement scotché au terrain et perds un bon quart d’heure à me sortir de ce piège. Cerise sur le gâteau il fait nuit noire et je devine plus le terrain que je ne le vois !
Je loupe Fred à Morlaix et continue mon chemin direction le CP3, Huelgoat.
La suite est une voie verte roulante (une ancienne voie ferrée) qui part de la sortie de la ville et qui va durer quelques dizaines de kilomètres. Il est tard (ou plutôt très tôt le matin!), je commence à fatiguer et ma moyenne diminue à vue d’œil. Il est temps de s’arrêter dormir un peu. Je profite d’un abri situé à proximité d’une ancienne gare désaffectée pour me poser un peu. Je ne suis pas seul apparemment à avoir choisi ce lieu puisque deux randonneurs pédestres ont eu la même idée et dorment dans leur duvet. J’essaie d’être le plus discret possible pour ne pas les réveiller et je m’endors pour une heure et demi de sommeil environ. Vers 04h00 je repars dans la nuit encore bien noire pour terminer cette portion, un peu ragaillardi par cet arrêt.

Image

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:14

J’arrive à Huelgoat au matin et j’en profite pour me ravitailler et prendre un bon petit déjeuner. Une belle journée s’annonce encore une fois et je reprends la route direction les monts d’Arrée , lieu du CP4.

Image

Je contourne un grand lac puis attaque une piste complètement immergée par endroits . Au bout d’un moment je ne cherche plus à comprendre et tire droit dans l’eau au lieu de chercher à l’éviter : ça passe finalement bien mieux.

Image

Image

Image

La piste s’élève enfin pour atteindre le sommet où se trouve une chapelle. Deux trois photos plus tard, l’endroit est touristique et offre un beau point de vue, j’attaque la descente typée VTT : des cailloux, de la pente, un peu de pilotage, je suis enfin dans mon élément. Bon, ça ne durera pas plus de d’une centaine de mètres malheureusement.
La suite est toute aussi jolie et nous fait emprunter un sentier ludique qui domine les méandres d’une rivière et traverser un pont à haubans.

Image

Image

C’est après que j’ai maudit le traceur !! Le chemin passe de bourbiers en bourbiers et n’existe même plus à un moment. Bon, il a peut être du exister, mais c’était il y a très très longtemps alors !
C’est la jungle et même à pieds il est difficile d’avancer ; heureusement que ça n’est pas très long…

Image

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:18

Pour nous faire oublier cet épisode malheureux, la presqu’île de Crozon, lieu du CP5, va nous dévoiler ses charmes. Je débouche sur une grande plage qui ne me donne qu’une envie, celle de me jeter à l’eau. Bon, on est en mai, en Bretagne, et les seuls qui sont à l’eau sont les surfeurs et leur néoprène en 4mm ! Il y a bien quelques inconscients en maillot mais je les soupçonne de venir du Nord de l’Europe. Plus le chemin s’élève et plus la vue est magnifique : la presqu’île de Crozon, c’est le bout du bout de la Bretagne. Dommage que le côté sauvage soit terni par tous les touristes, dont je fais un peu parti pour le coup ! La redescente du CP est tout aussi somptueuse avec une vue à couper le souffle.

Image

Image

Image

Je profite du passage dans une station balnéaire pour me poser un instant le temps d’un Coca bien frais et de quelques gâteaux. Il y a énormément de monde en ce week-end prolongé et je poursuis ma route rêvant d’un peu plus de calme.
C’est une succession de montées courtes et intenses, entrecoupées d’une grosse frayeur : un chat a eu la bonne idée de traverser au moment ou je passe. A une seconde près c’était la chute !
Le temps de me remettre de mes émotions, je débouche dans un champs. Je pense m’être perdu car il n’y a carrément plus de chemin. Je peux à peine rouler et la sortie de ce champs débouche carrément dans une propriété privée, où m’accueille un chien défendant son territoire.

Image

Je m’extirpe de ce piège prudemment pour attaquer la montée du Menez Hom, la plus grosse difficulté du parcours dixit le traceur. Pour la part, c’est une portion qui ne m’a pas dérangé plus que ça , au contraire, ça monte !
La vue depuis là haut est encore plus belle que depuis les monts d’Arrée. Ce lieu est un spot de parapente et le ciel est constellé de voiles tournoyant autour du sommet.

Image

Là j’avoue que j’ai un peu loupé la descente et je ne m’en aperçoit qu’au croisement d’en bas.
Je continue sur ma lancée jusqu’à un point d’eau qui va me permettre de me laver un peu les jambes, elles en ont bien besoin après quelques centaines de kilomètres parfois très boueux.
Et là je prends soudain peur : en passant ma main sur mon mollet gauche, je remarque que deux boules se sont formées. Ça explique pourquoi ma jambe me fait souffrir depuis un petit moment. Là j’avoue que je ne sais plus trop quoi faire : stopper pour essayer de résorber cette contracture (car je suppose que c’en est une ) ou continuer en espérant ne pas aggraver les choses.
Je décide de poursuivre jusqu’à la côte où je me poserai pour manger un morceau.
Une plage m’accueillera pour cet arrêt où j’en profite pour changer le réglage de mes cales. J’ai fait l’erreur de partir avec des pédales et cales neuves sans les avoir rodées un minimum. J’avise Adeline de mon état et elle me confirme que je peux continuer ainsi (après avis médical téléphonique, merci Gaëlle!).

Image

La douleur s’estompe et mon excroissance musculaire commence à diminuer, tant mieux.
Le jour commence à décliner lorsque je repars direction le CP7.
Vers Douarnenez, la nuit s’installe en même temps que j’entame un joli single bien ludique qui me régale. Dommage qu’il fasse nuit pour que je puisse en profiter pleinement.
Je longe ensuite une propriété et franchi une barrière électrifiée sans y prêter trop attention. Je suis à présent dans un champs assez pentu et je dois pousser le vélo.C’est la nuit noire et seul mon phare éclaire quelques mètres devant moi. D’un coup j’entends un bruit de pas, ou plutôt non, un bruit de galop. Je tourne le guidon pour voir ce qui m’entoure et là stupeur : un troupeau de vaches fonce sur moi tête baissée ! Oh merde !!! Heureusement le halo lumineux les arrête net, mais dès que je repars, elles s’avancent encore un peu plus jusqu’à se trouver à seulement quelques mètres de moi. Là j’avoue que je ne fais pas le malin et prie pour qu’elles ne me chargent pas !! La libération viendra de la barrière électrifiée suivante qui me séparera de ce troupeau qui au final a du avoir plus peur que moi !
La partie suivante se fera à travers champs, sans montée d’adrénaline, sous le bruit lugubre des pales des rangs d’éoliennes.
J’arrive vers la côte et décide de dormir un peu. Des toilettes publiques m’accueillent ainsi à l’abri du vent pour deux heures de sommeil.
J’arrive maintenant à bien gérer ces périodes de court sommeil sans avoir besoin de mettre le réveil. Je pense que mon inconscient sait qu’il ne faut pas que je dorme trop longtemps et du coup j’arrive à me réveiller naturellement au bout d’une heure ou deux. Un ou plusieurs cycles de sommeil sont ainsi respectés et ne sont pas interrompus par la sonnerie d’un réveil.
Le CP7 n‘est plus très loin et je longe maintenant l’océan via certaines parties sablonneuses un peu usantes.
Photo devant le phare (bon, de nuit on ne voit rien, mais c’est l’intention qui compte) et je continue ma route au calme e attendant que le jour se lève.
Arrêt petit déjeuner dans une boulangerie-salon de thé où j’en profite pour me débarbouiller un peu. Cafés et viennoiseries vont m’aider à affronter cette nouvelle journée.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:27

Remotivé, je poursuis direction Concarneau. Là, c’est du bitume et ça roule bien, je me surprends même à rouler à plus de 30 et à relancer facilement.

Image

Image

Image

Image

A la faveur d’un arrêt photo, j’entends une personne m’interpeller par mon prénom ! En fait c’est une personne qui suit l’épreuve et qui tient un blog de running (Running BZH). Il souhaite faire un article sur la Gravel Tro Breizh et à ce titre m’interviewe et prends quelques photos.

Image

Je traverse rapidement Concarneau pour ensuite continuer par des sentiers ludiques et des portions de routes toutes aussi agréables. Il fait chaud (et oui!) et je m’arrête vite fait faire deux trois courses et prendre un Coca bien frais. Le CP7 n’est plus très loin, je mangerais là bas.

Image

Image

Effectivement, l’endroit est encore très beau, un petit port de pêche, et c’est au pied du phare que j’attaque ma pause casse croûte. Deux cyclistes qui suivent aussi l’épreuve m’abordent et discutent quelques minutes avec moi.

Image

Image

Le sentier côtier est encore une fois splendide et m’offre une vue superbe sur l’océan. Décidément, je vais finir par l’apprécier cette région !

Image

Image

Depuis un moment je sens que je ne pédale pas rond et côté gauche j’ai comme du jeu dans ma cale. J’ai du mal la serrer je pense à ce moment là.
Je m’arrête vers Guidel pour voir ce qui ne va pas et là stupeur : ce n’est pas ma cale qui s’est desserrée mais carrément l’insert en aluminium de ma manivelle en carbone qui est desserti !

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:30

Il ne manquait plus que ça…. Encore une fois le grain de sable tant redouté me sape définitivement le moral. Il me reste encore environ trois cent kilomètres à parcourir et il est impossible que la manivelle tienne. Je pense déjà à me rapatrier vers la gare la plus proche et rentrer chez moi. J’essaie quand même de réfléchir à une solution de secours, c’est à dire trouver un pédalier pour pouvoir continuer. Je regarde les annonces sur Troc Vélo, avec un peu de chance un pédalier sera à vendre dans le coin. Recherche vaine, je suis en BB30 et ce format n’est pas le plus répandu.
Là, une chaîne de solidarité se met en place via les réseaux sociaux pour que je puisse continuer ma route avec un nouveau pédalier. Manque de chance, nous sommes le 08 mai et les rares magasins ouverts n’ont pas de pédalier compatible en stock.
Dépité je continue vers le CP9 en espérant que ça tienne au moins jusque là. Du coup je pédale sur une seule jambe en essayant de soulager au maximum la manivelle gauche. Il y a du vent, des vagues et les kites sont de sortie. Je laisserai bien tomber mon vélo pour aller naviguer !!
Il y a de plus en plus de monde en ce jour férié et il me tarde de m’éloigner de la côte pour retrouver la tranquillité des chemins.
Maël, quatre ans me valide le CP9 et repart direction Lorient en réfléchissant encore à une solution perenne pour terminer cette épreuve.
Heureusement que la suite est roulante car le jeu est de plus en plus présent.
Étant par principe contre l’ouverture des commerces les dimanche et jours fériés, là j’avoue avoir mis mes convictions de côté en appréciant qu’un magasin de bricolage soit ouvert ce jour là !
J’achète donc de la colle bi-composant en espérant que cette réparation de fortune durera jusqu’à l’arrivée. J’en profite également pour acheter de quoi manger pour ce soir le temps que la colle prenne.
Direction maintenant Plouay, lieu du CP10.
Le sentier VTT qui suit est ludique mais l’état de ma manivelle m’inquiète et m’empêche d’en profiter pleinement : je passe les remontées raides à pieds pour ne pas forcer dessus et éviter de tout casser. Il n’y a plus de jeu mais ça reste malgré tout fragile.
J’entame ensuite une longue portion le long d’un canal : c’est plat et roulant et c’est tant mieux car ça permet d’économiser l’homme et la machine.
Un sentier montant me sort de cette semi torpeur et me mène vers Plouay. Entre temps je franchis un passage sur un pont étroit au milieu d’un étang et une portion « marteau piqueur » qui restera gravée dans les esprits de tous les participants.

Image

Plouay arrive assez rapidement et j’en profite pour m’arrêter manger dans un abribus en ville, comme un SDF finalement ! Je vais attaquer ma troisième nuit, et normalement dernière, puis il me restera un CP puis c’est l’arrivée.

Image

Je repars habillé plus chaudement pour attaquer une partie plutôt orientée VTT. Les forêts traversées regorgent une nouvelle fois de sentiers ludiques mais c’est la nuit et je n’en profite pas comme en plein jour. La fatigue commence à se faire sentir et ma moyenne est au plus bas.
Tout d’un coup, j’entends une musique lointaine, une sorte de musique folklorique.
Pour mieux comprendre mon étonnement, voilà le contexte : je suis seul au monde depuis des heures, aucune trace de civilisation, la route où je suis et si étroite que deux véhicules ne peuvent se croiser et il fait nuit noire (il doit être aux alentours d’une heure du matin).
Cette musique, je l’entends donc au loin et en me retournant je vois une lueur de phares assez faiblarde.
Bon, les hallucinations commencent mais à ce point c’est la première fois quand même ! Je continue ma route et malgré mon faible rythme, j’arrive à semer ce « truc » !
Alors là je ne sais pas ce que j’ai fait mais arrivé sur un rond point je reviens sur mes pas croyant continuer dans la bonne direction.
Et là je me retrouve face à mon hallucination : un cortège de plusieurs véhicules, une personne en vélo et une autre courant derrière une camionnette toutes portes arrières ouvertes.
Je m’arrête, un peu stupéfait par ce que je suis en train de voir ! En fait c’est une sorte de course à pieds en relais au travers de toute la Bretagne dont le but est de promouvoir la langue bretonne.
Bon, je dois avouer qu’aujourd’hui, et vu mon état de fatigue à cet instant, je ne sais toujours pas si ce que j’ai vu est réel ou bien le fruit de mon imagination !
Je laisse le cortège repartir et continue donc à contresens jusqu’à l’entrée de la forêt de laquelle je suis sorti une demi heure plus tôt.
Là j’enrage de mon manque de lucidité et fais demi tour jusqu’à ce fameux rond point. Il est temps que je trouve un endroit pour dormir un peu.
J’arrive peu après dans un petit village où un jeune m’accoste en me demandant ce que je cherche Apparemment ça ne le choque pas plus que ça de voir un vagabond en vélo dans son village à deux heures du matin !
Je trouve des toilettes publiques qui vont me servir d’abri pour la nuit et je m’endors assez rapidement pour deux heures de sommeil bienvenues.
C ‘est donc relativement bien reposé que je repars dans le froid sur un meilleur rythme pour entamer cette dernière journée. Mon insert a l’air de tenir, pour l’instant tout va bien !
L’ascension d’une colline par un sympathique sentier va me permettre d’admirer le lever du soleil. Le temps est clair et une belle journée s’annonce une nouvelle fois. Par contre il fait froid et le sol est carrément gelé !

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:32

Un arrêt dans un café pour un petit déjeuner va me réchauffer un peu.
Au fur et à mesure la température s’élève et j’arrive au dernier CP vers 12h00 où m’accueille Fabien et sa famille. Ma manivelle a de nouveau un jeu important et je la recolle avec le restant de colle qu’il me reste . Deux trois emplettes dans un petit supermarché le temps que la colle agisse et je repars pour la dernière ligne droite jusqu’à Rennes.
Là il commence à faire chaud et je cherche l’ombre. Le tracé emprunte à nouveau un chemin de halage le long d’un canal. La monotonie du paysage combinée à la chaleur omniprésente m’endort un peu. Heureusement le parcours bifurque pour aller chercher la forêt de Brocéliande.
La première partie de cette forêt est usante : de nombreux arbres en travers m’empêchent de progresser. Je peste car il est impossible de faire 20 mètres sans devoir descendre du vélo et le porter pour franchir ces obstacles. Et au bout de 1000 kilomètres, j’avoue que c’est la goutte d’eau… Heureusement la seconde partie est plus roulante et va m’emmener vers la route où Yohann m’attends avec une bière bien fraîche.

Image

Ce petit arrêt effectué je reprends ma route vers Rennes via des pistes rendues cassantes par le passage des chevaux. Une section VTT va me régaler mais avec la fatigue, je l’apprécie moyennement au bout d’un moment.
La fin est rapide, c’est un chemin de halage à nouveau, et me permet de rejoindre Rennes vers 20h30.
Le temps de me perdre en ville, et de pester une nouvelle fois j’arrive enfin au camping à 20h45.
Laurent, un Américain vivant en France depuis une vingtaine d’années est là pour m’accueillir. Il a suivi l’épreuve et a même roulé jusqu’au CP1 dimanche.
Là , j’avoue que ma seule préoccupation est de trouver un hôtel, prendre une douche et faire un vrai repas !
Du coup Laurent me dégote un hôtel non loin du camping et partage deux bières avec moi pendant que j’en profite pour manger un morceau.
Merci Fred pour cette belle épreuve, et encore félicitations de t’être lancé seul dans cette organisation et surtout de l’avoir menée de main de maître !
Merci aussi à Matthieu de chez Zéfal pour la bagagerie et les accessoires fournis.

Image

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 28 Juin 2018 18:32

Cette première longue distance en gravel s’est relativement bien passée malgré mes quelques déboires mineurs.
Par contre, je pensais que le départ à 08h00 serait plus reposant mais j’ai eu du mal à tenir la première nuit sans dormir. Et idem pour les deux suivantes.
D’une manière générale, je remarque aussi que ma motivation a tendance à diminuer au fil de ces épreuves de longue distance. Mes temps d’arrêts se rallongent et je me pose de plus en plus de questions quant à l’intérêt de continuer. Ces interrogations arrivent en même temps que le soleil se couche. Forcément.
Je me suis même dit en cours de route que la Gravel Tro Breizh serait ma dernière épreuve de ce type. Plus envie de souffrir du manque de sommeil, de dormir dehors, d’affronter des trombes d’eau (bon, ce n’était pas le cas cette fois là), de repartir dans le froid. Le fait de rouler seul a aussi une grosse part de responsabilité dans ces doutes, puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes j’ai terminé la ZBTR dans des conditions météos assez déplaisantes et je n’ai pas éprouvé de lassitude ou de baisse de motivation aussi marquées. Je suis en train de réaliser que le fait d’avoir roulé à plusieurs est finalement bénéfique et un bon moteur.
Est-ce une raison de mon échec sur la TCR ? Sûrement.
Avec le recul je m’aperçois aussi que mon mental est finalement en dent de scie. Autant je peux être performant dans certaines situations pas forcément idéales, autant je peux littéralement m’écrouler pour un rien.
Peut-être aussi que j’en ai fait le tour et inconsciemment envie de passer à autre chose ? Je ne sais pas.
La ZBTR ne m’a pas laissé ce goût amer, peut être aussi car je n’ai pas vu le temps défiler (33 heures de moins que la GTB quand même).
Mais comme à l’accoutumée, dès la ligne d’arrivée franchie je pense au prochain objectif ! Même si l’enthousiasme est moins présent car je sais à quoi m’attendre en terme de souffrance.
La Baroudeuse dans une semaine va je pense marquer un tournant dans ma future approche de la longue distance. Sur le papier ce sera sûrement l’épreuve la plus dure que j’ai jamais faite (1000 kms de gravel pour 33000m de d+), mais aussi l’épreuve la plus belle.
J’espère que la courbe du rapport plaisir-souffrance va s’inverser !

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1038
Inscription: 23 Aoû 2013 07:22
Localisation: En bas à gauche (64)

Re: Gravel Tro Breizh

Message par Bixente » 28 Juin 2018 18:43

Bon ... je crois que je vais attendre d'avoir une heure devant moi avant de commencer à lire ton CR. :mrgreen:
Merci beaucoup Polo d'avoir pris le temps de le rédiger et d'y inclure de jolies photos. =D>

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6386
Inscription: 19 Mai 2011 17:55
Localisation: Au pied du Glandasse !

Re: Gravel Tro Breizh

Message par Seb91 » 28 Juin 2018 21:07

Moi aussi je suis en plein préparatif de déménagement mais d'ici début juillet je me pose et je lis tout attentivement. 8-)
"Ici souffle le vent de la liberté "

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2104
Inscription: 25 Sep 2006 09:11
Localisation: Au plus proche des chemins

Re: Gravel Tro Breizh

Message par 3al2v5 » 28 Juin 2018 21:30

Merci Polo pour ce petit :D compte rendu.
Encore une belle performance
Et les épreuves VTT tu y penses encore ?

Je vois que tu es partis avec deux batteries ?
Pour ton téléphone tu avais une batterie spécifique ?
Dernière édition par 3al2v5 le 29 Juin 2018 15:21, édité 1 fois.
En bonne santé et ça me va bien :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9756
Inscription: 05 Déc 2008 07:43
Localisation: Cézallier

Re: Gravel Tro Breizh

Message par imassu » 29 Juin 2018 06:43

J'ai tout lu !!!
Toujours agréable tes CR avec les photos 8-)

Ca permet aussi de "participer" au travers de tes exploits
J'ai trop de choses à faire , c'est pour ça que je fais rien . ( Imassu 2014 , 2015 etc...)

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1365
Inscription: 06 Juil 2009 15:11
Localisation: Houlbec Cocherel 27

Re: Gravel Tro Breizh

Message par boulie.p » 29 Juin 2018 10:00

=D> =D> =D> =D>
Le bonheur va vers ceux qui savent rire.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7495
Inscription: 20 Nov 2006 11:40
Localisation: Côte d'Emeraude

Re: Gravel Tro Breizh

Message par canada » 30 Juin 2018 08:09

Merci Paul pour ton CR... =D> Toujours aussi bien écrit et agréable à lire... 8-)
"Retarder l'instant du crépuscule..."

"...comme s'il leur était insupportable que les choses soient simples..."

En ligne
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12160
Inscription: 25 Nov 2005 21:37
Localisation: trop loin de la mer

Re: Gravel Tro Breizh

Message par polo66 » 01 Juil 2018 19:17

3al2v5 a écrit:Merci Polo pour ce petit :D compte rendu.
Encore une belle performance
Et les épreuves VTT tu y penses encore ?

Je vois que tu es partis avec deux batteries ?
Pour ton téléphone tu avais une batterie spécifique ?


J'aimerai bien refaire quelques belles sorties VTT, faut que je trouve le temps! Et pour tout dire, ça me saoule de prendre la voiture pour aller rouler!
Pour l'éclairage j'avais deux batteries, oui. Mais je n'en ai utilisé qu'une, et encore je suis loin de l'avoir vidée.
Et pour le téléphone, une batterie externe classique.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4606
Inscription: 23 Aoû 2008 11:28
Localisation: Té les Landes

Re: Gravel Tro Breizh

Message par lilian from 68 to 40 » 01 Juil 2018 20:17

Beau CR et sacré performance #-o
"Aux yeux de la raison, le rêve est un bandit ..."

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4559
Inscription: 30 Jan 2007 12:55
Localisation: Lot et Garonne

Re: Gravel Tro Breizh

Message par friends » 01 Juil 2018 20:18

Il faut arrêter de monopoliser le forum avec vos cr monsieur, ce n'est pas un blog. :-$

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2104
Inscription: 25 Sep 2006 09:11
Localisation: Au plus proche des chemins

Re: Gravel Tro Breizh

Message par 3al2v5 » 02 Juil 2018 09:59

polo66 a écrit:
J'aimerai bien refaire quelques belles sorties VTT, faut que je trouve le temps! Et pour tout dire, ça me saoule de prendre la voiture pour aller rouler!


J'ai le meme problème ;-)
Mais pas encore pour longtemps :mrgreen:

Merci pour le retour sur les batteries ;-)
En bonne santé et ça me va bien :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1538
Inscription: 19 Oct 2006 15:00

Re: Gravel Tro Breizh

Message par youn35 » 02 Juil 2018 15:20

merci paul pour le CR, un plaisir à te lire.

çà donne envie de tenter l’aventure... un jour j'espère...
Avec un pote motivé avec qui je roule régulièrement ca pourrait le faire...
de retour en BZH :-) dans la petite mer...
Brocéliande me voilà
pour suivre la rénovation:
http://marina-youn-and-co.blogspot.fr

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 394
Inscription: 17 Sep 2015 16:22

Re: Gravel Tro Breizh

Message par Patatra » 03 Juil 2018 19:44

Non mais virez moi ce mécano !
♫♪♪♫ :D ♫♪♪♫

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5416
Inscription: 25 Aoû 2006 19:17
Localisation: Vallée de Chevreuse, paradis des sentiers en IdF...

Re: Gravel Tro Breizh

Message par gyom193 » 26 Juil 2018 14:34

Il m'aura fallu un peu de délai pour trouver le temps de lire ton CR, c'est toujours aussi kiffant!
Bravo et merci de nous faire si bien partager cette aventure, dont beaucoup rêvent mais que peu ont les moyens de mener à bien. =D>

Quant à tes baisses de motivation, un travail préparatoire en hypnose pourrait présenter une utilité certaine (confiance en soi, gestion de l'imprévu, pensées positives, etc). Ça fait des merveilles, c'en est étonnant! ;-)


Retourner vers Compte Rendu de sortie (votre blog Melivelo)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités